• Jérôme PARMENTIER

Contes de la Source via la sagesse animale -1-

Mis à jour : 15 juil. 2019

"Petit morceau de sagesse animale en écriture inspirée"

AMOUR - Extrait du "Corbeau qui a perdu sa plume"



« Alors qu’est-ce que l’amour ? » demanda le jeune corbeau.

Et le dauphin de lui répondre : « c’est quand tu n’attends plus rien, c’est quand tout est déjà là. C’est lorsque tu ouvres grand ton cœur et que tu le laisses à la fois se remplir de ce qui vient et en jaillir ce qui déborde ».


Le Corbeau : « oui mais moi je sens bien qu’il y’a quelque chose qui veut sortir de l’intérieur de moi, mais ça bloque, ça ne vient pas, ça fait même mal !

Le Dauphin : « l’amour ne s’essaye pas, l’amour n’est pas un risque. L’amour se vit, se respire et se ressent, sans effort, simplement. Lorsque tu essayes d’aimer, tu n’aimes déjà plus. Tu as perdu ce que tu convoitais le plus. Si tu cherches à aimer, tu ne trouves pas l’amour, tu es dans la projection de ce qu’il n’est pas et il t’échappe en réalité. Tu confonds l’amour avec l’attachement. Tu crées l’amour qui rend dépendant alors que l’amour est liberté, foi et vérité. Quand tu essayes de le saisir ou de le maîtriser, tu lui arraches les ailes. Comprends-tu ? Tout ce que tu essayes de maîtriser t’échappe. Au mieux tu l’effleures du bout du cœur et au pire tu l’emprisonnes. Qui ne s’émeut d’une colombe en cage ? Mais qui a le courage de la libérer ? Il en de même de ton cœur et de l’amour qu’il contient ».

Le Corbeau : « je ressens ce que tu me dis, cela me fait quelque chose à l’endroit même que tu décris. Comment faire pour le vivre et le partager ?

Le Dauphin : « commence par t’aimer toi-même…» murmura comme dans un souffle le dauphin.

Le Corbeau : « m’aimer moi-même ? » répondit le jeune corbeau, perplexe. Je le fais pourtant, puisque je cherche ma plume. Je l’aime, elle fait partie de moi et donc je m’aime ! »

Le Dauphin : « comprends-moi bien ! Si tu t’aimais suffisamment, tu ne chercherais pas ta plume et tu la retrouverais…Si tu t’aimais véritablement, tu t’arracherais toutes tes plumes juste pour retrouver celle qui te manque…Si tu t’aimais inconditionnellement, tu accepterais de te sentir nu malgré ton plumage et totalement revêtu en son absence ».


« LE DÉTACHEMENT EST LA CLÉ DE L’AMOUR INCONDITIONNEL »


Le jeune corbeau attentif et curieux jusqu’alors commença à sentir une sorte de trouble en lui. Tout ce que son nouvel ami dauphin lui livrait le déconcertait autant qu’il le touchait à l’intérieur de lui, dans un espace de sa poitrine qu’il semblait redécouvrir après un long sommeil. Ce qu’il ressentait était évident, trop simple pour sa tête certes, mais limpide dans son cœur…il en retrouvait les saveurs originelles.

© 2019 Jérôme Parmentier

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now